Le Prix de Vigier à un appareil de diagnostic rapide

Les chasseurs de virus arrivent

Une analyse de laboratoire en 20 minutes au lieu de 48 heures et moins chère en plus. Cela sonne comme un conte de fées mais cela pourrait devenir une réalité quotidienne dans un proche avenir et le travail des médecins et des patients pourrait s’en trouver modifié en profondeur. Cette percée technologique est à mettre au crédit d’un appareil de mesure moléculaire capable d’accélérer et de simplifier considérablement des tests médicaux extrêmement complexes. C’est la raison pour laquelle, cette année, le prix d’encouragement aux jeunes entrepreneurs suisses W. A. de Vigier a été décerné aux inventeurs de cette méthodologie, Tomas Svoboda et le Dr Amar Rida.

Soleure, le 22 juin 2006 - Ceux qui ont déjà attendu les résultats d’une analyse de laboratoire - d’un test SIDA par exemple - savent combien il est désagréable et inquiétant de devoir espérer pendant des jours entiers que le résultat soit négatif. Toutefois, cette épreuve pourrait bientôt appartenir au passé, tout comme la mise en quarantaine préventive de personnes susceptibles d’être porteuses d’une maladie contagieuse, telle la grippe aviaire. À l’avenir, les patients pourront attendre chez leur médecin le diagnostic de maladies et les résultats d’autres analyses biomédicales. À condition que le cabinet soit équipé d’un appareil de diagnostic et de test entièrement automatique de la société Spinomix.

Les chasseurs de virus

Spinomix, spin-off de l’EPF de Lausanne, a été fondée par Tomas Svoboda et le Dr Amar Rida. Ils ont développé un instrument hautement sensible qui décèle et décode des agents pathogènes et d’autres substances dans des liquides corporels tels que le sang ou la salive. En temps réel, donc «immédiatement». Pour les non-initiés, Tomas Svoboda décrit comme suit la méthodologie complexe de cette technologie dite des «phases magnétiques»: «Notre appareil envoie des millions de nanochasseurs qui partent à la recherche d’agents pathogènes éventuels et qui, s’ils sont présents, les trouvent et les révèlent. Et ce, en une fraction du temps nécessaire à un grand laboratoire

Au secours des malades chroniques

L’appareil de diagnostic et de mesure moléculaire de Spinomix, de la taille d’un ordinateur portable environ, permet la détection précoce des maladies mais pas seulement. Ainsi, les patients chroniques peuvent bénéficier d’un suivi de meilleure qualité et moins cher grâce à la mesure périodique et ultrasensible de substances biochimiques et, si la maladie évolue mal, être traités immédiatement avec les médicaments adéquats. Ces contrôles souvent vitaux étaient impossibles à pratiquer à ce jour, parce que l’analyse quantitative des protéines et des acides nucléiques était trop laborieuse et trop coûteuse pour procéder à des contrôles de routine. Spinomix a toutefois découvert une méthode - une nouveauté mondiale donc - basée sur l’emploi combiné de puces à microfluides et de nanoparticules magnétiques et permettant de résoudre ce problème.

Commercialisation mondiale

L’outil diagnostique révolutionnaire de Spinomix, dont le prototype industriel devrait être réalisé d’ici à la fin de l’année, suscite un énorme intérêt dans les milieux scientifiques et de la recherche. Rien d’étonnant à cela car le marché mondial du diagnostic moléculaire pourrait peser 5 milliards de dollars d’ici à 2008. Le plan d’affaires de Tomas Svoboda et d’Amar Rida prévoit de trouver des «acteurs mondiaux» appropriés et d’entamer la production en série des «nanochasseurs Spinomix» d’ici à l’été 2007. Le prix d’encouragement de la Fondation de Vigier constitue en tout cas un bon tremplin. Et puis surtout, comme l’épingle Tomas Svoboda, CEO de Spinomix, «cette récompense offre à notre jeune entreprise une visibilité très utile pour trouver des partenaires et des investisseurs potentiels.» Voir, c’est croire, dit-on.